En période pré-électorale, tout sujet polémique démagogique plutôt que de vraies questions techniques nous sont servies par nos hommes politiques…

Dans ce contexte, la question du mariage pour tous se retrouve de nouveau mise en avant – mieux vaut parler de ce qui fâche que de l’impossibilité de trouver de pérennes solutions pour faire diminuer le chômage.

L’objet de ce post n’est ni politique, ni moral… il est technique et agacé !

En droit français il est (fort heureusement !) impossible de revenir sur des situations dites « de droit acquis »…

Comment désunir deux personnes de même sexe mariées légalement sur le Territoire, au seul motif d’une modification de la Loi ? Ce n’est pas possible, la loi ne pouvant Interférer dans l’état civil des individus qui n’y consentiraient pas, ce pour d’évidentes raisons de stabilité de l’état civil.

Que dire des procédures d’adoption facilitées par ces mariages ! Un matin le mineur a deux parents légaux, le soir il en a « perdu » un car la Loi a changé ?

Toute proposition de Loi contraire s’exposerait à une logique censure du Conseil Constitutionnel, garant du respect par les Lois de la Constitution et des Grands principes du droit.

Demeure en débat le mariage pour tous avec un étranger, notamment issu d’une Nationalité qui ne reconnaît pas, pour des questions liées à la religion d’Etat, ce type d’union et interdit à la France d’en pratiquer dans ses Consulats – interdisant des demandes subséquentes de visa pour motif familial…

Demeure également la question de la GPA, ou gestation pour l’autrui, réclamée avec insistance par le lobby gay alors que l’interdiction maintenue par la France vaut actuellement pour tous les couples (hétérosexuels ou homosexuels), résistant aux marchés de la parentalité qui se créent aux Etats-Unis, en Inde, ou dans de nombreux Pays de l’Est de l’Europe.

Débats passionnants et clivants à venir, mais sur lesquels il convient de ne pas se tromper : on peut discuter de l’opportunité de la réification du corps humain, sa merchandisation car une GPA suppose un E-Nor-Me budget (de 90 à 150.000 € selon les Pays), mais pas cliver l’Humanité en deux sur des questions de…statut de couple.. pour quoi… ?

Espérons que nos politiques ne s’y tromperont pas et que le débat sera à la hauteur, tout en restant à sa juste place…

Post filed under ACTUALITES, Droit de la famille and tagged , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *